• Suite du feuilleton politique..... Insatbilite vous avez dit????....

     L’élection par les 52 députés d’un nouveau Premier ministre de Vanuatu, prévue jeudi 23 juin 2011, n’a pu suivre son cours, du fait d’un boycott de la part de membres du groupe appartenant à l’actuel gouvernement du Premier ministre Edward Natapei, tout juste réinstallé par décision de justice. La séance, faute de quorum (deux tiers), a dû être reportée à dimanche 26 juin 2011, rapporte la radio nationale. Seuls trente des cinquante deux députés étaient présents.
    Lors de la reprise des débats, dimanche, le quorum nécessaire ne sera plus que d’une majorité simple.
    Ces derniers jours, une nouvelle fois, les tractations entre députés, tous bords confondus, avaient été intenses, jusqu’à tard dans les soirées, le plus souvent dans des hôtels de la capitale Port-Vila où les députés « cibles » et considérés comme les moins stables, font l’objet d’attentions toutes particulières de la part des groupes qui les convoitent.
    Ces négociations en coulisses avaient notamment une nouvelle fois résulté en des changements de camp de dernière minute, y compris de la part de membres du gouvernement actuel.
    Les deux principaux candidats au poste de Premier ministre sont aussi les plus récents mais éphémères titulaires de ce poste : Sato Kilman et le francophone Serge Vohor, chef de file de l’Union des Partis Modérés (UPM).
    Cette nouvelle tentative dans le choix d’un chef de l’exécutif intervient sur fonds d’instabilité politique chronique qui ronge cet archipel depuis fin 2010, et qui a vu depuis se succéder trois Premiers ministres, à la suite de votes de motions de censure, le plus souvent annulés par des décisions de justice rappelant les parties au respect de la Constitution.

       M. Edward NATAPEI                               M. Sato KILMAN     

    Ironie du sort entre Cour Suprême et Parlement
    Le même jour, jeudi 16 juin 2011, alors même que le chef de l’État s’exprimait devant l’Assemblée, non loin de là, dans la salle du petit tribunal de Port-Vila, le Président de la cour Suprême Vincent Lunabek rendait un verdict lourd de conséquences : saisi une nouvelle fois d’une affaire éminemment politique, il a de fait destitué le Premier ministre Sato Kilman pour le remplacer, à titre intérimaire, par Edward Natapei, que M. Kilman avait renversé en décembre 2010 par motion de censure.
    M. Kilman venait lui-même tout juste d’être réinstallé au pouvoir à la suite d’une décision de justice prononcée vendredi 13 mai 2011, annulant de fait l’élection, le dimanche de Pâques, de M. Serge Vohor, juste après le vote d’une autre motion de censure.
    En rendant son verdict jeudi, le Président de la cour Suprême Vincent Lunabek a estimé que l’élection de M. Kilman, en décembre 2010, était désormais réputée « nulle et non avenue » et que de ce fait, M. Natapei retrouvait son poste de Premier ministre, et ses ministres de l’époque leurs portefeuilles respectifs, pour gérer les affaires courantes en attendant l’élection par le Parlement d’un nouveau chef de gouvernement.
    La base de l’argumentaire des plaignants (M. Natapei) était le fait que dans la foulée du vote de la motion de censure, en fin d’année dernière, l’élection du Premier ministre par les députés au sein du Parlement aurait dû se faire à bulletin secret, ce qui n’a pas été le cas.
    À la suite de cette nouvelle décision de justice, le Président du Parlement, M. Maxime Carlot, dispose maintenant de sept jours pour convoquer l’assemblée en séance extraordinaire avec comme ordre du jour l’élection d’un Premier ministre.

    Lois « anti-girouettes » : une Arlésienne en Mélanésie
    À la suite de ce nouvel épisode d’instabilité à Vanuatu, M. Kilman avait estimé il y a quelques semaines plus que jamais nécessaire la mise à l’étude et l’élaboration d’amendements à la Constitution dont l’objectif premier serait d’empêcher les politiques, une fois élus sous une liste définie, de changer de camp au gré des alliances de circonstances.
    Des projets similaires de lois « anti-girouettes », bien qu’évoqués à plusieurs reprises dans plusieurs États océaniens (dont la Papouasie-Nouvelle-Guinée ou les îles Salomon) n’ont jamais abouti.

    Source: Flash d'Océanie - NewsPAD-pacific.info                                                                                                                            © Copyright PAD Limited, -- 1999-2011--


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :