•  

    Lors de l'un de mes passages a Nouméa  j'ai eu la possibilité de faire un tour en hélicoptère. J'ai ainsi découvert Nouméa et ses 7 baies depuis le ciel.

    Je vous fait profiter? malheureusement le soleil n'était pas au rendez-vous cette fois. 

    Tout d'abord présentation de notre "moyen de locomotion"

       

    Voici les baies

       

    et une vue globale de Noumea

      

    Pour le plaisir: un petit film, comme si vous y étiez! 

    http://youtu.be/HZLs9t1On-k


    votre commentaire
  • voici quelques videos qui devraient vous ravir les yeux et... les oreilles!

    Comme quoi, meme si on n'a pas tous les aspects consuméristes et culturels (et autres) de la métropole, on sait se divertir.

    Régalez vous!

    http://youtu.be/SRDr2Ig1tYg

    http://youtu.be/JXFRb0NbSYQ

    http://youtu.be/Lt7xdhnDNZc


    votre commentaire
  • La course originale date de 1995. il s'agit d'une course dans le bush, les champs, la boue, avec des rivières a traverser, les monts à gravir et redescendre.... bref une vraie aventure dans le pacific!  Mais au delà de la compétition, c'est un véritable évènement a port vila, renommé. il draine environ 700 participants. il y a une course pour les adultes (il faut être âgé de plus de 16 ans) de 27 kilomètres, et une autre pour les enfants, âgés d'au moins 10 ans, de 5 kilomètres. Les meilleurs mettent environ 3h, en courant et ceux qui choisissent de le faire en version randonnée peuvent mettre jusqu'a 9/10 heures de marche. 

    Cette course est sponsorisée par UNELCO (équivalent d'EDF au Vanuatu)dans le cadre de son implication dans la vie sociale et sportive du Vanuatu. L'objectif est de faire découvrir et apprécier les paysage d'Efaté et de promouvoir la santé à travers le sport. Elle a pour particularité d'avoir un parcours tenu secret jusqu'au jour J, et change chaque année. C'est l'ocassion pour les randonneurs ou coureurs suivant la manière dont on veut realiser cette course, de découvrir des sentiers et coins "cachés", méconnus mais superbes d'Efaté.

      

             

    La course commence par un point de rencontre a 5h du matin, puis il y a un acheminement en bus pour tous les participants sur le lieu de départ tenu secret. Ensuite il y a 8 check points.

    Cette année la course aura lieu le dimanche 28 aout: ce sera la la 16ème édition. 

     Les équipes peuvent être mixtes et sont obligatoirement composées de 3 personnes. les inscriptions peuvent avoir lieu jusqu'au dernier moment et le coût de l'inscription individuelle est de ...200 vatus, soit l'équivalent de 1,5 euros environ. On y retrouve des équipes nivanuataises, généralement très bien classées (surtout les équipes de Tanna)mais aussi de Nouvelle-Calédonie, Australie et Nouvelle_Zélande. Particularité, il semblerait que les nivanuatais courent en tongs ou même pieds nus!

    Il parait que c'est une aventure a tenter... Alors si le courage nous en dit jusqu'à la date fatidique, peut-etre tenterons nous cette aventure... Mais tranquille! A suivre


    votre commentaire
  • http://epublishbyus.com/ratua_island/10018195

    Voici un lien qui ne sert a rien... du moins sans information institutinnelle, culturelle ou autre sur le vanuatu. Que du plaisir!

    Juste un moment de plaisir pour les yeux...

    Une occasion aussi de faire un petit peu de publicite pour ce lieu si magique situe au vanuatu. Un vrai moment de plaisir et de detente, car la-bas tout n est que luxe, calme et volutpe!

    Un endroit de reve pour passer des vacances ou un weekend, de reves pour les residents du pacifique mais aussi pour les europeens en recheche d authenticite et de depaysement. Le tout est garanti, avec quelques belles suprises en plus: gentillesse des locaux, richesse de la nature, beaute des paysages, massage sur l eau...

    Bref, un beau moment en perspective avec le visionnage de ce book, en premice a un sejour peut etre... D autant que pour ne rien gacher, et pour vous donner bonne conscience, les fonds gagnes par le ressort sont entierment redistribues a la fondation Ratua (http://www.ratuafoundation.com) qui aide a la scolarisation des enfants ni-vanuatais (primaire). Et dont je vous ai deja parle precedemment. Pour allier l'utile a l'agreable...

    alors, cliquez...

    PS: pour plus d information, www.ratua.com  


    1 commentaire
  •  L’élection par les 52 députés d’un nouveau Premier ministre de Vanuatu, prévue jeudi 23 juin 2011, n’a pu suivre son cours, du fait d’un boycott de la part de membres du groupe appartenant à l’actuel gouvernement du Premier ministre Edward Natapei, tout juste réinstallé par décision de justice. La séance, faute de quorum (deux tiers), a dû être reportée à dimanche 26 juin 2011, rapporte la radio nationale. Seuls trente des cinquante deux députés étaient présents.
    Lors de la reprise des débats, dimanche, le quorum nécessaire ne sera plus que d’une majorité simple.
    Ces derniers jours, une nouvelle fois, les tractations entre députés, tous bords confondus, avaient été intenses, jusqu’à tard dans les soirées, le plus souvent dans des hôtels de la capitale Port-Vila où les députés « cibles » et considérés comme les moins stables, font l’objet d’attentions toutes particulières de la part des groupes qui les convoitent.
    Ces négociations en coulisses avaient notamment une nouvelle fois résulté en des changements de camp de dernière minute, y compris de la part de membres du gouvernement actuel.
    Les deux principaux candidats au poste de Premier ministre sont aussi les plus récents mais éphémères titulaires de ce poste : Sato Kilman et le francophone Serge Vohor, chef de file de l’Union des Partis Modérés (UPM).
    Cette nouvelle tentative dans le choix d’un chef de l’exécutif intervient sur fonds d’instabilité politique chronique qui ronge cet archipel depuis fin 2010, et qui a vu depuis se succéder trois Premiers ministres, à la suite de votes de motions de censure, le plus souvent annulés par des décisions de justice rappelant les parties au respect de la Constitution.

       M. Edward NATAPEI                               M. Sato KILMAN     

    Ironie du sort entre Cour Suprême et Parlement
    Le même jour, jeudi 16 juin 2011, alors même que le chef de l’État s’exprimait devant l’Assemblée, non loin de là, dans la salle du petit tribunal de Port-Vila, le Président de la cour Suprême Vincent Lunabek rendait un verdict lourd de conséquences : saisi une nouvelle fois d’une affaire éminemment politique, il a de fait destitué le Premier ministre Sato Kilman pour le remplacer, à titre intérimaire, par Edward Natapei, que M. Kilman avait renversé en décembre 2010 par motion de censure.
    M. Kilman venait lui-même tout juste d’être réinstallé au pouvoir à la suite d’une décision de justice prononcée vendredi 13 mai 2011, annulant de fait l’élection, le dimanche de Pâques, de M. Serge Vohor, juste après le vote d’une autre motion de censure.
    En rendant son verdict jeudi, le Président de la cour Suprême Vincent Lunabek a estimé que l’élection de M. Kilman, en décembre 2010, était désormais réputée « nulle et non avenue » et que de ce fait, M. Natapei retrouvait son poste de Premier ministre, et ses ministres de l’époque leurs portefeuilles respectifs, pour gérer les affaires courantes en attendant l’élection par le Parlement d’un nouveau chef de gouvernement.
    La base de l’argumentaire des plaignants (M. Natapei) était le fait que dans la foulée du vote de la motion de censure, en fin d’année dernière, l’élection du Premier ministre par les députés au sein du Parlement aurait dû se faire à bulletin secret, ce qui n’a pas été le cas.
    À la suite de cette nouvelle décision de justice, le Président du Parlement, M. Maxime Carlot, dispose maintenant de sept jours pour convoquer l’assemblée en séance extraordinaire avec comme ordre du jour l’élection d’un Premier ministre.

    Lois « anti-girouettes » : une Arlésienne en Mélanésie
    À la suite de ce nouvel épisode d’instabilité à Vanuatu, M. Kilman avait estimé il y a quelques semaines plus que jamais nécessaire la mise à l’étude et l’élaboration d’amendements à la Constitution dont l’objectif premier serait d’empêcher les politiques, une fois élus sous une liste définie, de changer de camp au gré des alliances de circonstances.
    Des projets similaires de lois « anti-girouettes », bien qu’évoqués à plusieurs reprises dans plusieurs États océaniens (dont la Papouasie-Nouvelle-Guinée ou les îles Salomon) n’ont jamais abouti.

    Source: Flash d'Océanie - NewsPAD-pacific.info                                                                                                                            © Copyright PAD Limited, -- 1999-2011--


    votre commentaire