• Vivre au bout du monde peut être parfois difficile ou contraignant, mais certains avantages sont à noter. Certes, le soleil, la mer, les activités nautiques, le dépaysement, la découverte d'autres cultures et paysages. mais c'est aussi souvent l'occasion de vivre des choses différentes et de vivre différemment.

    Un de ces petits plaisirs nivanuatais, a portée de main, est la possibilité de faire de l'équitation facilement et librement. Les clubs hippiques de port vila (desormais 4) proposent des ballades dans le "bush" et dans le lagon, des "full moon party", des cours, des compétitions (obstacles, cross, dressage), des camps,... L'ambiance entre cavaliers, membres, non-membres est tres sympas.

    Pour ma part, j ai vite cedé à la tentation équestre... Il n'a pas fallu trop insister. Et voici donc un petit peu plus d'un an que je prends des cours 1 fois par semaine, le mardi entre midi/2heures avec des amies. Cours en francais, parfois en anglais quand des anglophones s'ajoutent a nous (sic). Mon équipement est maintenant presque complet: bombe, chaussures, pantalons et polos, gants, cravaches, selles, etriers. Et depuis peu le gilet... au cas où pour les chutes. Mieux vaut prévoir et prévenir, surtout au vanuatu. Certes, je ressemble un peu a une tortue ninja avec ma carapace ou a un flic en exercice avant une perquisition protegée par son gilet par balle, mais tanpis! Merci le père noel de france! et Oui, papa et maman (les 2 cette fois), je le mets malgré la chaleur.

    L'année précédente, le père noel du vanuatu m'avait "deposé" champagne! Une belle petite pouliche blonde et pétillante à dresser pour un apprentissage mutuel de l'équitation. Quelques péripéties ont rendu difficile le développement de notre relation et notre apprentissage. 2012 ayant ete decretée année du changement et de l'action, j'ai décidé de prendre vraiment les choses en main, notamment en matiere équestre. De ce fait, elle a été transferée dans un club plus accessible pour moi et plus agréable pour y passer du temps ensemble.

      ma blonde! un peu gourmande, il est vrai....

    Depuis cette résolution 2012, l'équitation se résume en 4 points:

    1. les cours:

    On y apprend bien entendu les 3 allures, le passage de l'une a l'autre, mettre le cheval "sur la main", les sessions jambes gauche/droite, le saut,... Seul regret l'impossibilite au vanuaut depouvoir passer les galops en l'absence de professeurs qualifiés pour faire passer ces "niveaux". Ils attestent du niveau du cavalier et sont au nombre de 9 (pour les niveaux généraux) auxquels s'adittionne des niveaux spécifiques (équitation camargue, western,...) Le cavalier est juge sur ses connaissances pratiques et théoriques de l'équitation et sur sa capacité à donner des soins apporpriés à sa monture. Le niveau 4 octroit "le brevet de cavalier". cela sanctionne en matiere d'équitation l'autonomie aux trois allures, en terrains variés et dans l'enchainement des sauts. EN matiere de soins,cela jsutifie d'une bonne connaissance de l'entretien, des besoins et des coportements du cheval.

    2. l'apprentissage du dressage avec champagne: 

    Champagne evolue ainsi avec de nouveaux copains, pres du lagon. L'adapatation semble bien se faire meme si elle nous a deja fait une fugue pour rentrer dans son 1er chez elle. Les chevaux semblent avoir un vrai GPS pour retrouver leur "chez eux" habituel. Certes c'est une ile elle ne peut pas disparaitre mais la distance etait quand meme belle... Quoiqu'il en soit, depuis rattrappée apres cette école buissonnière de 2 jours, le dressage est en train de se faire en douceur: tres attentive mais un peu craintive, tout se fait au rythme du vanuatu. Dans le round long pour le dressage, beaucoup de carresses et quelques papayes aussi! Malheureusement son soucis au tendon ne semble pas se resorber: si elle ne boite pas sans cavalier, la chose est bien differente avec... On suit cela avec attention pour determiner quelle suite donnée...

                                                                 

    3. le jumping:

    Ce que je prefere!!! Quelle sensation d'arriver a sauter avec son cheval. Pour l'instant c'est deja ma grande fierte: sauter avec lui, sur lui et y rester! bientot il faudra plutot que ce soit moi qui initie vraiment le saut en l'amenant sur l'obstacle vraiment. 80 cm, c'est mon record actuel. Le but de l'annee est de passer les 1m. et de faire un 1er vrai parcours. Mes "partenaires" equestres de jumping sont 2. Il y a tout d'abord l'experimente "white storm" pour mes cours et pour les weekend, mon copain "nesqik". Un autre blond tout jeune et plein d'entrain et de gentillesse qui adore sauter comme moi! On apprend ensemble. C' est lui que je me reserve pour mon 1er parcours. On "travaille" ensemble le weekend.

                                                   

    Un peu de theorie.... sur la decomposition du saut....

    - Phase de battue : Le cheval se rassemble, il modifie son équilibre pour mieux se propulser vers le haut. Pour cela, il arrondit son dos pour engager ses postérieurs sous lui et il tend son encolure vers l'avant. Le cavalier doit garder son buste très droit pour laisser au cheval la liberté de porter son avant main vers le haut et ses mains doivent être liantes et s'avancer en même temps que l'encolure du cheval. Le cavalier est en équilibre et doit avoir les coudes, les genoux,les chevilles parallèles.

    - Phase ascendante : L'avant main se lève pendant que les postérieurs prennent fortement appui sur le sol pour propulser le cheval au-dessus de l'obstacle. Le cavalier se sert de l'appui sur les étriers pour suivre avec son corps le mouvement du cheval, ses fesses se retrouvant au-dessus du garrot. Les mains suivent la bouche du cheval.

    - Phase de planer : Le cheval s'étire au-dessus de l'obstacle en étendant son bout du nez. Le cavalier accompagne le cheval en dépliant ses bras, toujours bien en équilibre sur ses étriers.

    - Phase descendante : L'avant main du cheval bascule vers le bas tandis que l'arrière main se relève pour terminer le saut. Le corps du cavalier se redresse, le regard vers l'obstacle suivant. Certains chevaux ont une bascule très forte, leur dos devenant très vertical. Le cavalier doit veiller à bien pousser son bassin vers l'avant pour ne pas cogner dans sa selle.

    - Réception : Les antérieurs touchent le sol assez loin de l'obstacle pour permettre aux postérieurs d'atterrir sans le toucher. Le cavalier amortit surtout grâce aux articulations des genoux et des chevilles.

    Bref un vrai jeu d'enfant, non? L'essentiel reste élémentaire: bien rester sur le cheval pendant le saut et apres! C'est donc là que mon gilet prend toute son utilité. Pour l'instant pas de "vraie grosse" chute en saut d'obstacle. Un petit refus qui m'a destabilisé et fait glisser mais c'est tout.

     

    4. Le plaisir: les sorties

    En attendant que champagne soit vraiment apte et que je sois capable de bien la monter sans risque, c est avec nesqik qu'on part en ballade. Généralement le samedi matin ou le dimanche matin. Pendant 1h30, avec des ami(e)s, à travers le bush du club hippique. Trot, galop, équipée et épopée sauvage!... La liberté! un paysage superbe, de la vitesse..bref le rêve pour moi. C'est tellement grisant que les 2ers weekend où j ai pu le faire, je revais le dimanche soir de galop avec la sensation du galop. Je me demande meme si je galoppais pas dans le lit!

         

    ballade avec des amis ou dans le bush ou baignade dans le lagon.... un plaisir quoiqu il en soit!

        


    votre commentaire
  • Les Torres, situées à 170 km au sud des Iles Solomon, s’étendent sur 50 km de long. Ce groupement doit son nom au Commandant Louis Vaez de Torres,membre de l’expédition de Queiros qui decouvrir cette partie du Vanuatu en 1606.

    Cet archipel se situe donc plus au Nord des iles banks. Il constitue l extreme nord du Vanuatu. Il se compose de sept îles, du nord au sud :

    • Hiw: C'est la plus grande île et la plus septentrionale du Vanuatu. En 2009, elle n'avait toutefois qu'une une population de 269 habitants.
    • Metoma: Cette petite ile a pour superficie est de 3,0 km2, un point culminant a une altitude de 115 m et une popultaion de 13 habitants en 2009 ;
    • Tegua: 58 habitants en 2009, une superficie de 30,8 km2 et unpoint culminant, appelé localement Rëpugure,  de 240 m;
    • Ngwel ou Nmwel: un îlot inhabité
    • Linua;
    • Lo ou Loh: En 2009, sa population, de 210 habitants, etait répartie en deux villages : Lungharegi au nord, et Rinuhe au sud.;
    • Toga: En 2009, une population de 276 habitants, répartie entre les deux villages Litew et Liqal.

     

                                                    Carte des îles Torres.

     

    Constituées de 6 îles, elles sont réputées pour leurs énormes crabes de cocotier, leurs superbes plages de sable blanc, les mégapodes qui viennent y enfouir leurs oeufs et les grottes de Yeyenwu sur l’île de Hiu (avec des stalagmites, stalactites et d’extraordinaires peintures murales). En effet, les Torres sont le refuge des crabes de cocotiers qui sont régulièrement expédiés aux restaurants de Port Vila au risque de menacer l’espèce d’extinction...

                                                        

    De loin les plus éloignées des Vanuatu, seule une d’entre elles possède une piste d’atterrissage. Assurer le passage de bateaux et mener de petits échanges commerciaux entre les îles sont les seules sources de contact pour beaucoup.

    La majorité des îles est d’une altitude relativement faible, soit que le sable soit posé sur du basalte volcanique ou sur le récif qui s’élève maintenant au–dessus de la mer tout autour. On y trouve d’incroyables plages de sable blanc.

                                         

    NB concernant les statistiques de population:  2009 National Census of Population and Housing: Summary Release, Vanuatu National Statistics Office, 31 août 2009, p. 10. Consulté le 28 novembre 2010

     


    votre commentaire
  • Ces archipels sont situées a l’extrémité de la ceinture de feu la ou la plaque continentale Australienne plonge sous la plaque Pacifique. L’activité sismique et volcanique qui en résulte est importante est quotidienne. Outre les volcans en activité, souvent plongés dans les nuages, il en résulte des paysages maritimes  étonnant et paradisiaques : baies et plages sublimes, grottes et tunnels interconnectés formés par la lave refroidie, flans plongeants vertigineusement, récifs coralliens, tombant sous-marins impressionnants,… 

    L'archipel est baigné par les eaux du Pacifique sud-ouest qui sont parmi les plus profondes au monde.  On tombe ainsi très vite dans « le grand bleu » sans avoir trop à s’éloigner des cotes (parfois quelques dizaines de mètres). La fosse océanique plonge en effet entre 6000 et 9000 mètres dans le Nord-Ouest du Vanuatu (iles Torres).  

                                                             

    C'est cette activité volcanique qui est l’origine de ce pays mosaïque  s’étirant du Nord au sud avec une forme de Y. A proximité des fosses sous-marines, cette disposition permet le développement d une faune sous marine avec une particulière vivacité. En effet, ce chapelet d’iles forme un « goulet » par lequel passe les courants océaniques. A cela s ajoute le phénomène de remontée des eaux profondes le long des flans sous marins. Ces mélanges verticaux des eaux générés par le grillage des iles et cette remontée d’eaux plus froides et salées et donc riches en sels nutritifs facilite ainsi le développement de la faune sous-marine par la prolifération du phytoplancton, base de l’écosystème océanique

                  

                                                    

    La vie aquatique y est donc foisonnante. Coraux et poissons par centaines et curieux sont de toutes les plongées.  En effet la faune marine du Vanuatu compte plus de 450 poissons des récifs, plus d une trentaine de poissons pélagiques (des profondeurs comme les marlins ou vivaneaux) mais aussi pres de 300 variétés de coraux.

                                               

                                   

    De plus les fonds marins du vanuatu regorgent d'epaves de toutes sortes: avions, bateaux de peches, voiliers, destroyers, navires de guerre,..... On y trouve ainsi le navire de guerre le plus puissant visible sous leau, le SS "President coolidge" a cote de l'ile d Espirutu Santo. Mais on plonge egalement dans la baie de Port vila sur des epaves ornees de gorgones comme le voilier Star of Russia (que nous avons fait: 33 m!)


    1 commentaire
  • Les îles Banks (en anglais Banks Islands, en bichelamar Bankis) sont un archipel du Vanuatu au nord du pays, dans la province de Torba. Ce sont les iles les plus au Nord du Vanutu, non loin d'ailleurs des iles salomons. Leurs positionnements, proche de l'équateur, leur vaut de subir les plus fortes précipitations (3900mm/ an) et sont les plus humides de tout l'archipel du Vanuatu. Ainsi, iles volcaniques pour la plupart, a cause notamment de ces précipitations élevées, les chutes d’eau y sont choses communes  et spectaculaires, particulièrement Waterfall Bay (la baie des chutes d’eau) sur la côte Ouest de vanua lava.

     

    Elles regroupent 13 îles, dont 7 sont habitées. Les autres sont, pour la plupart, de minuscules îlots de sable blanc ou de roches volcaniques. L’archipel des Banks est donc constitué des îles suivantes, du nord au sud :

    • Ureparapara: Tout au nord, c'est un ancien volcan éteint avec la particularité d'etre en forme de fer à cheval s’ouvrant sur la mer. Cette disposition unique offre la possibilité spectaculaire de se rendre jusqu’au coeur du cratère en bateau.
    • les îles Rowa (ou Roua, ou encore Reef Islands) : Il s'agit d'atoll autrefois habité, mais aujourd’hui désert. Situés au  nord-ouest, ces incroyables îlots de sable blanc et de cocotiers, sont inhabités et regorgent de poissons. C'est un lieu idéal pour la pêche au gros. A ce titre, notez que c'est dans les banks qu a ete validé le record mondial des plus grosses prises.
    • Vot Tande, ou Vétaounde : îlot inhabité ;
    • Motalava et l’îlot Ra, reputé pour ses langoustes! ;
    • Vanua Lava et les îlots Kwakéa et Ravenga: Vanua Lava, avec un peu plus de 330 km2, est la plus grande île. Elle est dotée de son propre aérodrome à Sola. Le point culminant est le mont Tolap au sud (946 m). Au nord, le mont Sere Ama (921 m) domine un volcan en activité avec 2 fumeroles et 2 petits lacs dont le niveau de l’eau change constamment.Sur la côte ouest, on trouve deux magnifiques cascades se jettant du haut des rochers dans une superbe piscine naturelle se deversant a son tour dans la mer. Ce sont les cascades de “Sasar”, accessibles par bateau. Pour la petite histoire, sachez que Vanua Lava est aussi le domicile de crocodiles d’eau salée, apportés le siècle dernier par Bishop Patteson. Seuls quelques–uns uns d’entre eux ont survécus dans les eaux ténébreuses du Selva et des rivières tahitiennes.
    •                           

     

    • Gaua: Son point culminant, le mont Gharat, est un volcan actif. Cette ile est la deuxième en superficie. Elle abrite le lac Letas, le plus vaste du Vanuatu. Gaua, aussi connu sous le nom de Santa Maria, est la plus cotée. Elle est réputée pour ses danses, danse des pierres, sa statue multicolore appelée Tamata et pour ses “montagnes du sommeil”. On y trouve également une cascade impressionnante (124 m de haut) et une richesse culturelle caractéristique des Iles Banks et Torres. De plus, peut–être que la plus inhabituelle des caractéristiques de Gaua est la présence, encore forte, de la culture ancienne. A première vue, on dirait que des blocs de granite géants ont été crachés par le volcan et ont atterris dans des formes étranges le long de la côte Nord–Est, mais ces blocs sont en fait des restes de fondations. Les années passées, un signe de supériorité hiérarchique était constitué par la taille de la maison. Quand une promotion entait attribuée et que le statut du chef montait, une autre couche de basalte était ajoutée à la base de cette maison de chaume. 

                                             

     

    • Mere Lava ou Merelava, et l’îlot Merig.

    Malgré sa population relativement faible (8533 habitants en 2010, soit une densite de 10,94 hab/km2) , l’archipel présente une grande diversité linguistique. On y recense, en effet, quinze langues vernaculaires (dont quatre sont éteintes ou en danger).

    Les Banks doivent leur nom au botaniste Joseph Banks qui accompagna James Cook en 1774. Elles sont réputées pour la gentillesse et l’hospitalité de leurs habitants et pour la beauté de leur environnement. Les danseurs des Banks sont réputés pour leur excellence et il n’est pas rare de les voir à Sola, à Port Vila, dans certains hôtels, ou lors de manifestations culturelles. Certains représentent même le Vanuatu à l’étranger. Chaque année, au cours de la première semaine de septembre, on y célèbre la Journée de Vanua Lava (1-5 sept). C'est a cette occasion que nous esperons pouvoir aller decouvrir cet archipel.

     coiffe traditionnel lors des danses tribales locales (snakes danse)

       masque traditionnel des iles banks

     

     


    votre commentaire
  • "Le Hashing est l'état d'esprit propre à une grande fratrie qui se réunit dans le seul but de revivre les jours heureux de l'enfance et de se libérer du quotidien en se lâchant complètement avec d'autres nostalgiques souffrant du même sens de l'humour."(Définition donnée par Stray Dog -Chien Errant- et tirée du chapître des Grandes Divagations de la Bible des Hash House Harriers)

    Depuis le début de l'année nous avons integré, paul et moi, un groupe de coureurs un peu ...spécial mais tres ...festif! Une occasion de faire du sport presque sans s'en rendre compte, de découvrir des coins de port vila et ses environs méconnus, de rencontrer du monde, de parler anglais  et de passer un moment agréable. C'est une combinaison de jogging, de relationnel, de transpiration, d'effort et d'hedonisme. On y court, discute, se chamaille, s'arrangue, se détend et oublie  la routine quotidienne et profesionnel. Ce groupe, anglophone, représenté un peu partout dans le monde et surtout dans les anciennes colonies anglosaxonnes, s'appelent le Hash. Il y a tout un rituel d'integration, un cérémonial décalé voire déganté lors de ces courses hebdomadaires. Tout cela est empreint d'une forte dose d'humour britannique. Cette "associaion" possède en effet tout un rituel de dérision s'exprimant notamment dans le jargon utilisé lors des courses. Sueur, défoulement a l'air libre, ambiance grivoise et franche camarederie garantis.

    PS: Ne t'inquiètes pas, maman, il n'est question ni de drogue ni de secte!

    Histoire du hash

    Le Hashing est né en 1938 à Kuala Lumpur, alors nommé États Malais Fédérés. C'est un groupe d'expatriés britanniques qui sont a l'origine de ce sport pour joyeux drilles azimutés et dejantés. Les folles randonnées des Hash House Harriers furent calquées sur les jeux de piste des vieilles écoles anglaises, du 19ème siècle. Selon la tradition, un pisteur (le lièvre) part le premier pour baliser la voie, laissant ici et là des serpentins de papier blanc indiquant l'itinéraire à suivre, pour être aussitôt poursuivi par une horde de dératés hilares et vociférants. Seul l'éclaireur sait où il va. Ses traqueurs suivent ses traces pour garder le cap. Outre l'excitation de chasser un lièvre à l'intelligence sauvage et débridée, résoudre l'énigme des indices et franchir la ligne d'arrivée sont des récompenses non négligeables, sans compter que, au bout du chemin, les soiffards trouvent de la bière glacée à volonté…

    Puis il a connu un passage à vide pendant la seconde guerre mondiale, lorsque les Japonais (peu enclin à ce genre de rassemblement) occupèrent la péninsule de 1942 à 1945. Mais cela reprit de plus belle dès 1946 en se popularisant à Singapour, en Australie et en Nouvelle Zélande, puis explosant dans le monde, dans les années 70-80. Il y a aujourd'hui des milliers de clubs de Hash House Harriers dans environ 184 pays (dont plusieurs centaines rien qu'aux USA) pour plus de 150.000 hashers, avec leurs "gazettes", leurs répertoires de membres et leurs assemblées (locales/internationales).  Malgré sa prolifération, le Hashing ne s'est pas trop éloigné de ses racines britannico-malaisiennes.

    les "parties de Hash"

    A port-vila, elles ont lieu tous les lundi, en fin d'aprés-midi des 5h/5h30 (suivant les saisons: en raison de la tombee de la nuit). Chaque semaine, un des membres de l'association organise "sa" course: il détermine le lieu, s'occupe de l'organisaiton de la course, de son tracé, de ses pieges et des festivités suivant la course (boissons, tombola et nourriture).

    La course a lieu en plein air. Elle dure entre 40 minutes et 1h30 pour les plus longues. On ne connait pas le parcours: on le découvre au fur et a mesure en suivant des bouts de papiers parsemés peu avant la course. En fait, c'est un jogging collectif, dans le bush alliant aussi un coté "chasse au tresor" ou course d'orientation. Seule l'équipe "receveuse" ayant organisé la course connait le parcours. On les appelle les "lievres" (de l'anglais hares). Le reste des participants, les coureurs, constitue  les « chiens » ou la « meute » (de l'anglais hounds et pack), dans le jargon du Hash. Ces marques (qui peuvent etre egalement de la farine, des balises, …) sont laissées à chaque tournant ou au milieu des champs, parfois sont crées de fausses pistes pour tromper "la meute". Ainsi, même les plus entraînés se font avoir et ne finissent pas forcément plus tôt que les marcheurs ou débutants. Tout au long du chemin, la solidarité est de mise pour ne perdre aucun coureur en route et l'un des baliseurs ferme la marche pour s'en assurer. Chacun crie "paper" quand il trouve les indications du chemain pour le signaler aux autres. L'esprit de "meutes" est donc bien respecté.

         

    A l'issu de chaque course, des boissons sont proposées, un petit barbecue est organisé. La boisson emblématique reste bien entendue la biere fraiche. Mais on peut se rafraichir avec les autres boissons non alcooliséées proposées! L'arrivée reste une fete et le début de tout un cérémoniale propore au hashing qui reste encore un peu obscure pour nous: "le Cercle" (la ceremonie)... J'avoue n'avoir pas encore tout compris ce qu il s'y passait car tout est en anglais. 

    C'est lors de ce rituel incontournable du Cercle, généralement présidé par le Grand-Master (ou par l'un des membres du comité-organisateur) que sont infligées des punitions pour des fautes (la plupart du temps totalement inventées par les confrères).  Il y est raconté les histoires des hashers, on y récompense les coureurs (50eme, 100eme, 500eme course,....) on intronise les nouveaux (baptisés «virgins» ou pieds-tendres), punit les "lacheurs et ceux qui ne respectent pas les regles". Chaque condamné est tenu de boire un gobelet de bière (ou autre) pendant queles autres chantent l'hymne du HHH (equivalent de notre "il est des notres,....). Il faut tout avaler ou bien se verser le reste du contenu sur la tête, ou derriere son dos (mon subterfuge!!!). Les nouveaux sont souvent initiés de cette manière., Vous l'aurez compris: tout est occasion de faire boire a l'un ou l'autre leur chope de biere cul-sec. Jusqu alors, je n'ai pu echapé au bapteme mais version light. Paul quant a lui a deja été "puni": il a fini la derniere course en prenant un bus!!! et ca, personne ne l'avait encore jamais fait!....

     sa punition

    des tombola sont organisees avec des lots divers offerts par les sponsors et une cagnotte est a gagner.

     

    Comme vous pouvez l'imaginer, courir est un "pretexte" pour certains et une réalite pour d'autres. Ainsi, qu'importe d'etre en forme ou pas du tout. Certains peuvent courir sur tout le trajet ou marcher sur une partie. Un parcours pour les marcheurs est meme realisé a chaque fois a vila. Ainsi on n est pas tenu de courir: chacun a son rythme. Les courses sont bien l'occasion de s'aérer, découvrir et de passer un bon moment plutot convivial!

    Certains rassemblements se font autour de thèmes ou situations spéciaux. C'est le cas par exemple du Red Dress Hash, où tous les participants sont habillés de rouge. Cette tradition serait née d'un événement survenu à San Diego où une débutante serait venue au rendez-vous dans une robe rouge peu adaptée à la course. Après avoir été largement moquée, elle eut malgré tout le courage d'effectuer la course. Par la suite plusieurs hashers vinrent en vêtements rouge par dérision ; peu à peu cela devint une tradition

     1er "red dress Run" au Perou.

    Mais, club anglophone par son histoire et sa culture, il n'est pas toujours évident de tout suivre. Ces manifestations sont bien loin de notre culture francaise. De meme, la langue est parfois, si ce n'est une barriere, un handicap parfois (voire souvent pour le moment). L'anglais des livres n'est pas vraiment adéquat lors de ces courses: dur de placer "Brian is in the kitchen" ou mon vocabulaire bancaire dans ce genre d'évenements! Si on ajoute a cela l'accent australien!!!.... wouaaaaa! pas besoin de boire ou courir pour avoir le tourni!

    Le jargon et les surnom du Hash

    Le Hash possède ses propres termes, issus notamment de la tradition de la chasse à courre anglo-saxonne.

    De plus, il ne faut pas oublier que l'un des éléments notoires de l'humour anglais reste l'autodérision. Le Hash ne pouvait donc y échapper, et n'en manque d'ailleurs pas! Preuve en est: les surnoms plus ou moins ridicules, voire scabreux, donnés a chaque particpants. Cela commence d'ailleurs meme par leur systeme d'organisation. En effet les organisateurs s'autoproclament «Mis-Management» (mauvaise gestion) ou Dis-Organisation. Le gand maitre (Grand-Master) se definit comme "un membre de ces idiots prétentieux qui font partie du Hash Mismanagement". Le médecin (volontaire) de service est désigné comme «Quack» (charlatan) .

    Souvent la délicatesse et la finesse n'est pas de mise...  on peut trouver  "Moby is dick" (pas de traduction...), «Festering Streaker» (coureur nu faisandé), «Patty Tight Pants» (Patty au slip moulant), "big Balls", Frogs legs" (jambes de grenouille), "dr Death" (docteur la mort)... et bien pire encore...

    « Are You ..? » ( RU ?) Question criée par la meute aux « FRB » (meneurs), signifiant « Are you on the trail ? » (Êtes vous sur la piste ?)
    Back check (Demi tour, fausse piste) Signal, balise, indiquant la nécessité de faire demi tour pour retrouver la bonne piste qui doit s'embrancher qualque part plus en amont de ce signal.
    Back hare / Sweep hare / Sweeper / Checking chicken
    (Lièvre arrière, Lièvre balai / Balayeur / Serre file, Tortue)
    Lièvre qui reste avec les derniers coureurs, pour éviter qu'ils ne se perdent.
    Beer Check (Point bière ou Arrêt boisson) Pause boisson ou balise annonçant une pause boisson
    Beermeister / master La personne qui fournit la bière, soda, eau et amuse-gueule pour le Hash
    Check Balise indiquant que la bonne piste doit être identifiée au milieu de plusieurs fausses indications.
    Circle Assemblée de coureurs à la fin de la piste, normalement chargé de conduire les « down-downs »
    « Checking » (On cherche) Réponse criée par les FRB (meneurs) à la meute qui demandait « Are You ...? », indiquant que les FRB n'ont pas encore déterminé si la piste suivie était la bonne et qu'il vaut donc mieux patienter un peu.
    Dead Hare Lièvre mort qui a préparé la piste (Dead trail) avant la course.
    Dead Trail Piste ancienne balisée par les Lièvres morts (Dead Hares) qualques heures à quelques jours avant la course.
    DFL « Dead Fucking Last » (putain de dernier), la dernière personne à atteindre le On-in (fin de la piste) ; à l'opposé du FRB.
    Down-Down
    (Et glou et glou / À-fond / Cul-sec)
    La cérémonie honorifique qui consiste à vider une boisson cul-sec ; c'est aussi le cri poussé par la meute pour accompagner cette cérémonie.
    FRB Front-Running Bastard (connard de meneur) : le membre le plus rapide de la meute, ou le premier arrivé au On-in.
    Grand Master / Mistress [GM] (Grand Maître / Maîtresse) Meneur de cérémonie du Hash. Ce nom, dans de nombreux groupes de hash, est donné au Hash Master/Mistress après sa prestation.
    Grand Mattress (GM) Synonyme de Grand Mistress.
    Haberdasher Membre de l'organisation, en charge des Tee-shirts, casquettes, mementos, etc.
    Hare (Lièvre) Hasher qui établit la piste
    Hare Raiser Membre de l'organisation, chargé de lever des lièvres pour les futures pistes.
    Harriette Hasher féminine
    Hash Cash Membre de l'organisation; le trésorier
    Hash Flash Photographe désigné pour les événements du Hash.
    Hash Horn Membre de l'organisation; apporte une corne ou un clairon sur la piste, souffle dedans pour encourager et guider la meute.
    Hash House Le Club Selangor à Kuala Lumpur, lieu historique de réunion du premier Hash en Malaisie, en décembre 1938.
    Hash House Harrier/Harriette N'importe quel hasher (adepte du hash)
    Hash Name (Nom de hash, surnom) Surnom, généralement accordé après un certain nombre de courses ou à la suite d'un incident notable ; cette coutume n'est pas pratiquée dans tous les groupes de Hash.
    Hash Trash (Feuille de chou du Hash) Lettre d'information, publiant habituellement les compte-rendus des précédentes courses et les annonces des prochaines manifestations.
    Hash Shit (Trophée) Objet gênant ou embarrassant, décerné à un hasher pour des actes remarquables accomplis sur la piste ; ce gage doit être porté par le lauréat sur les pistes suivantes, jusqu'à ce qu'il soit attribué à quelqu'un d'autre.
    Hashing Le fait de suivre une piste de hash
    Held/hold Check Balise indiquant une intersection où la bonne piste peut changer de direction ; les coureurs doivent attendre que le lièvre commande de chercher (check it out).
    Horrors (Les horreurs) Enfants de membres du Hash
    Hounds (Les chiens) L'ensemble des coureurs du hash qui poursuivent le lièvre (hare) ; voir aussi la meute (Pack)
    Interhash Rassemblement mondial de hash
    Kennel ou Chapter (Chenil ou Chapitre) Groupe local de Hash
    Live Hare Lièvre vivant qui part avec une légère avance pour rafraîchir la piste (Live trail) préalablement balisée par les Lièvres morts (Dead hares). Il est poursuivi par la meute.
    Live Trail Piste fraîche créée par le Lièvre vivant (Live Hare) poursuivi par la meute.
    Mismanagement ((Dés)organisation) Officiels du Hash, parfois élus, parfois désignés.
    Nash hash Un rassemblement national d'adeptes du hash
    On-After (L'après course) Événement convivial organisé après la course chez l'un des membres ou dans un lieu public (café, pub, restaurant,..) ; aussi appelé On-On-On.
    « On-Call » (Ça continue) Crié, en réponse à « Are you ..? », par un hasher pour indiquer que, en l'absence de balises visibles, il suit les appels « On-On » de quelqu'un.
    On-In / On-Inn (Fin de la piste) Fin de la piste ; balise indiquant la proximité de la fin de la course.
    « On-On » (Ça continue) Crié par les FRBs ou les chiens (ou les coureurs) pour indiquer qu'ils sont sur la bonne piste. Ce cri ne soit être utilisé que si on voit réellement une marque ;lorsqu'on se contente de suivre le cri des autres, on crie « On Call »
    On-On-On (L'après course) Événement convivial organisé après la course chez l'un des membres ou dans un lieu public (café, pub, restaurant,..) ; aussi appelé On-After.
    On Sec Membre de l'organisation ; le Secrétaire, habituellement en charge des rôles, du compte rendu des courses, etc
    Puppies (Les chiots) Enfant de hashers ; voir aussi Horrors
    Receding Hareline Liste des événements à avenir, habituellement publiée dans le bulletin (Hash Trash)
    Religious Advisor (RA) Membre de l'organisation, souvent en charge du Cercle (Circle), également en charge de bénir le hash et de régler les conflits. Il est également considéré comme responsable de la météo.
    Scribe Membre de l'organisation ; habituellement en charge de la rédaction 
    SCB Short-Cutting Bastard : habitué des raccourcis
    Shiggy Végétation épaisse, cours d'eau, boue, obstacle verticaux ; tout obstacle gênant la meute.
    Virgin Débutant, nouveau pratiquant.

     Le Hash au vanuatu :

    Au vanuatu, le club a été crée en mai 1976. Depuis, on compte la réalisation de 1750 (environ) course en été et 1720 en hiver. La majorité des participants est anglophone et principalement australienne, mais le groupe francophone s'aggrandit!

    La devise du Hash de port vila est la suivante: "vanuatu's drinking club with a running problem". Soit littéralement, "club du vanuatu ou l'on boit avec un problem de course a pied", grosso modo en mauvais francais.

    Chacun est libre d'y participer occasionnellement,  de tester, de détester, s'y plaire, de'adherer ou non. Jusqu'a présent nous avons constaté qu il y avait environ une trentaine de participants a chaques fois. On y trouve les "accros" et fideles, les dilletants, les ocassionnels et les visiteurs. Attention, a tous ceux qui manquent trop de séances: en l'absence de participations 3 semaines de suite, il y a "punition", soit la choppe de biere a boire cul-sec (t inquietes pas maman: je triche!).

    Voici quelques photos prise, par notre Hash-flash de charme,  lors de notre "intronisation" ou "bapteme" (oui j'avoue... on voit dans ma chope avec son fond transparent, il en restait...j ai triché et un peu/beaucoup gaché la biere.....)

      

    Pour l'instant nous serions plutot dans la categorie des mauvais eleves: peu mieux faire, avec du potentiel! 

     http://vilahash.com/


    votre commentaire