• le Kava: plus qu'une simple boisson.

    La France a le vin, l'Italie le limoncelo, l'Allemagne la bière, l’Arabie le café, l’Asie le thé, l’Amérique andine la coca et..... le pacifique et Micronésie le kava. 

    Venu du nord de Vanuatu, les marins l’ont disséminé dans toutes les îles du Pacifique sud : Micronésie, Papouasie, Fidji, Tonga, Samoa, Wallis-et-Futuna. Chaque arbuste cultivé a ses propriétés de cépage et de cru, comme la vigne : tout dépend du bouturage et de la sélection humaine. Il a les tiges dressées et ramifiées qui se dressent jusqu’à 4 m de hauteur. Mais si les feuilles ont certaines propriétés alcaloïdes comme la cocaïne, ce sont les racines non alcaloïdes qui sont consommées. Il faut attendre leur maturation trois ans mais le rendement est correct.

    Racines de Kava au marché : pas cher !

    La dégustation du kava
    Il s’agit d’une boisson traditionnelle médicinale à usage de sociabilité, dont les effets sont tranquillisants. L’odeur du kava est un peu celle du pastis, en plus poivré. La kava a en fait un gout de terre et de racine. Un peu spécial... 

    Traditionnellement, le kava se boit  au nakamal, si vous êtes un homme et que vous ne craignez pas trop son mode de fabrication. Côté absorption, il est recommandé d'être à jeun, pour maximiser ses effets. Il faut en boire 2 ou 3 bols, un seul ne suffisant pas à profiter de ses effets. Il est conseillé de le boire cul sec, compte tenu de son goût particulier et plutôt spécial : âcre, amer, assez épicé, 

    Les lèvres et la bouche s'engourdissent alors: un sentiment zen vous envahit, votre vue et votre ouïe s'affutent. C'est pour cela que le nakamal est peu éclairé, et qu'on y parle parfois en chuchotant. Une envie de dormir, sans même avoir envie de manger, peut d'ailleurs arriver. 

     

    Les vertus et les effets du kava
    Son goût est âcre et serre la bouche, mais ses effets se font sentir entre dix et vingt minutes si la dose est habituelle (une demi calebasse de coco fait à peu près ¼ de litre). La respiration ralentit, le cœur se calme, le bien-être est là. On parle facilement et nul n’a envie de querelle. La boisson est excellente pour la conversation. Même à forte dose, le kava est plus tranquillisant qu’hallucinogène. Celui qui semble ivre ne perd jamais la raison, la réalité n’est pas déformée et il n’y a pas d’accoutumance ni de dépendance aux kavalactones.

    Il contient 32 substances actives. Le kava est un narcotique naturel qu'on obtient d'une plante de la famille des arbres à piment. C'est le seul narcotique au monde complètement légal dans certains pays ! En effet il ne provoque pas d'accoutumance ni de dégats sur l'organisme. Il est utilisé comme relaxant et est un des ingrédients de nombreuses coutumes. Comme de nombreuses substances tirées de plantes endémiques de certaines îles du pacifique, le kava intéresse l'industrie pharmaceutique pour ces propriétés. Il en existe 80 variétés au Vanuatu, dont seulement 10 recommandées à consommer. On retrouve du kava un peu partout en Mélanasie, mais le kava du Vanuatu est largement le plus puissant et le plus réputé. Il y fait d'ailleurs partie intégrante de la culture du Vanuatu depuis des centaines d'années. 

    Chaque pays a développé ses usages propres. Vanuatu et Papouasie consomment les racines fraîches en les mâchant ou en les broyant avant d’y verser de l’eau. Aux Fidji, à Samoa et à Tonga, la racine est tout d’abord séchée au soleil avant d’être réduite en poudre, puis mélangée à l’eau. Cette dernière façon de faire est moins efficace en termes de principes actifs, la résine présente dans la plante fraîche permettant l’émulsion sous forme de lait assimilable des kavalactones. 

    La fabrication du kava
    Ce sont les racines de la plante qui sont récupérées. Ensuite elles sont rincées, puis découpées en morceau. Il existe en réalité 2 méthodes de fabrication du Kava:
    La traditionnelle, au nakamal: Les racines sont mâchées pour en faire une pate pulpeuse, puis recrachées dans un bol. Puis avec un torchon par exemple, cette pulpe est filtrée. 
    * la "touristique", à l'hôtel : il existe des machines permettant de remplacer les machoires humaines pour filtrer le liquide. 

    Outil pour la fabrication du Kava


    Le kava dans la tradition
    En fonction des îles, les femmes n'ont pas forcément le droit de boire le kava. Sur l'île de Tana, les femmes doivent rester à distance du nakamal lorsqu'il y a des cérémonies où les hommes boivent le Kava. Il n'y a pas si longtemps que ça elles risquaient encore la mort. Aujourd'hui, elles risquent uniquement d'être battues ! Heureusement aujourd'hui le kava est toléré certains jours pour les femmes dans de nombreuses îles, notamment les jours où elles ont travaillé à des travaux pénibles... No comment...

     

    Selon l’écrivain Jean Marie Gustave Le Clézio, 

    « Le kava est un breuvage pour la nuit. Il engourdit les muqueuses et ralentit le corps, mais pas l’esprit. Il fait flotter. Ils instille de la philosophie. Sa douceur amère, au goût terreux, recouvre le monde extérieur d’un halo à peine dérisoire (je parle pour moi). Le kava a sans doute éteint nombre de guerres, voire de simples conflits domestiques. Le monde moderne en aurait bien besoin. » Raga, 2005,


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :